le blog

un espace pour tisser l'invisible

un espace pour nourrir la magie sur Terre

La Terre est ma demeure

Ce titre, je l'emprunte à Thich Nhat Hanh, un moine boudhiste, qui l'a utilisé pour nommer son autobiographie.


En tant que terrienne, je suis citoyenne de la planète Terre, ma demeure pour quelques années. Une demeure héritée de mes ancêtres, une demeure que je léguerai à ma descendance.


Cliché de google earth

découvert ici


Même si pour moi ça a été tout un chemin d'accepter d'être sur Terre, depuis toujours, c'est une évidence de respecter la Nature dans son déploiement , c'est un besoin vital de lui accorder de l'espace.

Lorsque j'étais enceinte, ce besoin était devenu complètement exacerbé.

C'était inscrit au plus profond de mes cellules: AVANT TOUTE CHOSE, CHÉRIR NOTRE MÈRE TERRE


Lorsque les vignes qui entourent ma maison était traitées, "roundupisées" , une colère magistrale m'habitait. Il m'était insupportable de voir la terre, notre mère, se faire maltraiter, il m'était insupportable d'assister à ce qui était pour moi une tragédie pour le Vivant, pour l'écosystème dans lequel mon fils allait vivre.

Devenue maman, en postpartum mes ressentis ce sont encore intensifiés, puis peu à peu les hormones de la maternité se sont retirées, rééquilibrées et je me suis retrouvée avec des ressentis plus pacifiés.

J'étais face à un constat, ma colère me parlait d'un besoin à combler, je l'ai écoutée, pris du recul, défocalisé mon attention. L'enseignement qui m'est venu c'est que de classifier abruptement les pratiques en bien et mal était un raccourci un peu maladroit. Tout est dans tout, tout fait partie de tout, tout est rythme et alternance.

Il y a plus d'une trentaine d'années, la terre sur laquelle j'habite était une vigne. Des personnes avant moi ont permis par leurs choix à la nature d'entrer en résilience. Il me tient à cœur de continuer à choyer le Vivant et de faire de ce bout de terre une oasis.

La colère en tant qu'émotion est une messagère, elle m'indique qu'un besoin n'est pas satisfait.

La colère est stérile et me nuit si je la réprime, alors je l'accueille, la remercie et sème des graines :-)




Et toi,

te sens-tu reliée à la Terre qui est ta demeure pour cette vie?

ressens-tu des émotions agréables/désagréables face à certaines pratiques agricoles ?



Si tu souhaites cultiver un peu plus de reliance avec celle qui te soutient, Graines de terriens te propose:


> des fleurs en bouquets pour égayer ton chez toi


> des plantons pour cultiver toi même des légumes


> des ballades intuitives


tu retrouveras toutes ces propositions ici




Au plaisir de semer des graines de compréhension dans ton intériorité,

et libre à toi de les arroser si elles font écho en toi,

car après tout, tu es la jardinière de tes terres.



Je te souhaite d'être présente à ton présent



Carole